Recrutement : Qui peut concourir ?

La procédure commence par la publication au Journal Officiel de la République (J.O) des emplois vacants par le ministère de l’enseignement et de la recherche (cf. ci dessous )

- Ensuite, une première phase est réservée aux mutations. En effet, tout M.C.U.-P.H. peut demander sa mutation s'il est en fonction depuis plus de 3 ans dans le même C.H.U. La mutation est alors prononcée par le Ministre de la Santé et celui de l'Education Nationale après avis favorable du Conseil de l'U.F.R. et de la C.M.E. du nouveau lieu d'affectation. Dans le cas où la mutation est demandée avant trois ans de fonction dans le même C.H.U., elle ne pourra s'obtenir qu'après accord du Directeur de l'U.F.R. et du Directeur Général du C.H.R. où les candidats sont affectés, accord donné après avis favorable des deux instances précitées.

- Hors mutation (cas classique), lors de la deuxième phase, l'accès à un poste de M.C.U.-P.H. est dans chaque discipline conditionné par le succès à des concours nationaux organisés par le ministère de l’enseignement et de la recherche.

Il existe  deux types de concours : 

  • Concours de type I :
    Pour les CCA-AHU. et anciens CCA-AHU, les PHU. et les PH.
    Les candidats doivent justifier d’au moins un an d’exercice effectif et être titulaires d’un master 2 ou anciennement du diplôme d’études et de recherches en biologie humaine  (DERBH) ou du doctorat d’Etat en biologie humaine ou d’un d'un diplôme d'études approfondies (DEA) ou équivalent.
  • Concours de type II :
    Pour les candidats n’ayant pas réalisé de Clinicat ou n’étant pas PHU ou PH mais médecins titulaires d'un doctorat d'Etat ou du doctorat d'Université ou d'un doctorat de troisième cycle (thèse de science) ou d'un diplôme de docteur ingénieur ou d'un diplôme étranger admis en équivalence.
    Le nombre de postes est plus limité : au maximum 1/3 des emplois mis au recrutement.NB : le concours de type 2 est souvent réputé pour être plus difficile d’accès du fait son côté « exceptionnel » et ne suivant pas la voie classique habituelle.

Le pourcentage des postes mis au recrutement est défini pour chaque concours ET par discipline par les ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé.
Les conditions de candidature mentionnées au présent article s’apprécient à la date limite d’envoi des dossiers de candidature fixée par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé.
Il est à noter que les deux types de concours sont mutuellement exclusifs.
Quel que soit le type de concours, les candidats doivent adresser, outre les pièces justificatives établissant qu'ils remplissent bien les conditions de candidatures (diplômes notamment) un exposé détaillé de leurs titres et travaux au Bureau des concours dont ils dépendent.

La candidature auprès du CNU : 1ère étape

Les candidatures sont alors examinées, selon des procédures précisées au décret 84-135 (article 52 notamment) par les sections compétentes du C.N.U (Conseil national des Universités) Pour vous le CNU de dermatologie = sous section 50-03 qui donc l'instance nationale qui examine les candidatures hospitalo-universitaires pour notre discipline.

La pré audition N-2 ans
Une pré audition du candidat par la sous-section du CNU 50-03 de dermatologie est fortement recommandée au moins deux ans avant l'audition officielle devant le CNU.
Cette pré-audition a été mise en place en 2007
Le candidat doit s’y présenter à l’automne précédant la révision des effectifs où se fera la demande de poste.
Le CNU peut ainsi accompagner les équipes dans leur prospective d’emploi, assister les candidats dans leurs choix de formation ou d’insertion dans une équipe de recherche et identifier très tôt les problèmes éventuels.

Un certain nombre de critères sont à respecter pour se porter candidat :

  • Etre titulaire au minimum d'un master 2.
  • La thèse d'université n'est pas obligatoire
  • Avoir publié ≥ 3 articles originaux en 1er ou dernier auteur dans des revues d'impact factor (IF) ≥ 3
  • Avoir un score SIGAPS minimum de 200

Le CNU doit évaluer les qualités d'un candidat à un poste de MCU-PH en dermatologie dans les quatre domaines que sont :

- la recherche
- l'enseignement
- les soins
- les activités d'intérêt général.

Le dossier de candidature : Nous vous conseillons fortement de lire la page dédiée sur le site du CEDEF qui détaille l’ensemble des critères et travaux nécessaires dans ces 4 domaines avant de candidater :

CEDEF CNU

Rôle des rapporteurs pour le C.N.U :
Deux rapporteurs, membres du jury du C.N.U., sont désignés pour chaque candidat par le Président de la sous-section du C.N.U. et le représentant des rangs B de la discipline (MCU-PH). Un Professeur et un Maître de Conférences sont désignés, ils ne dépendent jamais de la même Faculté que le candidat. Leurs noms et coordonnées vous seront communiqués.
C'est à eux que doit être envoyé le dossier complet avec l'ensemble des pièces justificatives ; vous pourrez y joindre copie des articles sélectionnés. Souvent ils demanderont à vous rencontrer. Ils doivent en effet disposer du maximum de documents et d'informations afin de juger de toutes les facettes de vos activités.
Ces entretiens permettront aux rapporteurs d'exposer au jury les caractéristiques principales de votre dossier et de rédiger par écrit un avis justifié sur votre candidature.

Les épreuves du concours :
Elles comportent deux exposés (temps de préparation 1h30)  :
- un exposé didactique d'une durée de 15 minutes, suivi d'une discussion. Le niveau de cet exposé est pour un étudiant en médecine de 3ème cycle et portera sur un des sujets traités par le candidat dans son dossier.
- Un exposé des titres et travaux et du projet hospitalo-universitaire du candidat pour une durée de 15 minutes, suivi d'une discussion.

A la fin de la discussion le CNU délibère.
Le jury transmet ensuite au Ministère la liste par ordre alphabétique des candidats admis. Ceux-ci peuvent être au maximum en nombre égal aux postes à pourvoir plus deux.
Chaque candidat ne peut se présenter qu'à 3 concours.

Ça y est, vous venez d'entendre le Président du C.N.U. vous déclarer apte aux fonctions que vous convoitiez. Félicitations ! Toutefois, vous n'avez pas encore votre nomination en poche. En effet, vous êtes nommé, non par le C.N.U., mais par un décret des Ministres après avis du Conseil d'U.F.R (Faculté) et de la C.M.E (Hôpital), dont dépend le poste et qui doivent auparavant examiner votre candidature (cf partie ci-infra)

Création de poste Hôpital-Faculté : 2ème étape

Comme vous l’aurez compris, il ne suffit pas d'être candidat, encore faut-il qu'un poste ait été mis au recrutement !

Création de poste et commission des effectifs :
Et pour cela, au moins que sa demande ait été effectuée. S'agissant d'un emploi hospitalier et universitaire cette demande est faite conjointement par le responsable universitaire et par celui du service hospitalier concerné. Ces demandes sont distinctes, les deux composantes du poste pouvant dépendre de responsables différents.
Les demandes sont examinées par les Commissions des Effectifs respectives (Faculté et Hôpital). Même s'il est d'usage que la demande de poste soit anonyme, les commissions seront de fait informées du nom du candidat pressenti, elles examineront le dossier et entendront l'avis d'un ou de plusieurs rapporteurs.

Des rapporteurs sont désignés par les Commissions des Effectifs (Faculté et/ou Hôpital). Selon les sites, ces rapporteurs entreront en contact ou non avec vous. Pour la Faculté, le rapporteur a à sa disposition, en plus de votre dossier, une demande argumentée du poste par le responsable de la discipline qui définit les objectifs de son enseignement, présente l'effectif du personnel enseignant en activité, précise le profil du poste qu'il sollicite et indique le nom du candidat pressenti pour ce poste. Pour l'Hôpital, on demande au Chef de Service d'exposer les objectifs médicaux de son service, de rappeler l'effectif médical et ses occupations et de fournir les indices d'activité de son service (nombres d'actes effectués, prix de revient moyen, comparaison avec d'autres services...).
Aujourd’hui l’accord du Chef de Pôle est nécessaire à cette étape.

Il est donc utile de bien situer vos travaux par rapport à ceux effectués dans votre structure, tant au plan de l'enseignement que des fonctions hospitalières, (même si les demandes de création du poste ne sont pas supposées nominatives).
Outre les caractéristiques scientifiques et humaines du candidat, seront pris en compte les projets pédagogiques et médicaux locaux, la situation et les effectifs de la discipline pour la Faculté, l'activité du service hospitalier et surtout l'existence d'un poste budgétaire M.C.U.-P.H. vacant par promotion au rang de P.U.-P.H. de son titulaire ou par son départ à la retraite, ou encore, très exceptionnellement de la création d’un poste fléché.
Il n'est pas indispensable que le poste provienne de la même discipline, mais le redéploiement d'un poste sous-entend négociation entre les différentes disciplines concernées et le Doyen.
Si la discipline ne peut disposer d'un poste libre de M.C.U.-P.H., l'échange du poste d'A.H.U. pour favoriser un redéploiement d'un poste M.C.U.-P.H. peut être demandé auprès de la Faculté et de la C.M.E.
Il est essentiel de savoir que les instances (Conseil de Faculté et C.M.E.) examinent les demandes toutes disciplines confondues et les classent obligatoirement par priorité.
Une Commission Paritaire à laquelle participent les instances universitaires et hospitalières se charge ensuite d'établir l'adéquation entre les différents classements et transmet la liste des demandes aux deux Ministères de tutelle (Enseignement Supérieur et Santé). Cette étape se déroule habituellement en septembre N-1 an (révision des effectifs).
Une fois l'attribution décidée par le Ministère, les emplois disponibles sont publiés au Journal Officiel.

Validation du poste par l'UFR et l'hôpital : 3ème étape 

Ces Conseils se tiennent généralement en juin, soit deux mois avant la prise de fonction prévue au 1 er septembre. Il n'est pas habituel que le candidat se présente lui-même à ces réunions, il y est représenté si besoin par le responsable local de sa discipline. Souvent simple formalité quand le candidat est issu de la faculté puisque les Conseils ont déjà eu l'occasion d'étudier son dossier, cette étape devient essentielle quand le candidat vient de l'extérieur. Exceptionnellement, la loi prévoit que le jury du C.N.U. puisse reconnaître aptes plusieurs candidats concourant pour un même poste (certaines limitations sont toutefois prévues).

Nomination par vos Ministères de tutelles : 4ème et dernière étape 

Il appartient ensuite aux Ministres de procéder conjointement aux nominations en tenant compte éventuellement (ils n'y sont en rien obligés, mais c'est le cas général) des avis formulés.
Si un premier tour ne remplit pas les postes offerts, un deuxième tour de nominations a lieu.

Ce n'est qu'au terme de toutes ces épreuves que vous recevrez, parfois longtemps après, votre arrêté de nomination. Toutefois, l'administration étant toujours plus prompte à prendre qu'à donner, prévoyez un délai avant de commencer à pouvoir dépenser votre salaire.
Vous êtes alors nommé pour une période probatoire d'un an, au bout de laquelle, d'abord la C.M.E., puis le Conseil d'U.F.R. réexamineront votre dossier. Le(s) responsable(s) universitaire et hospitalier, présentera le bilan de votre année d'activités, en enseignement, en recherche et à l'hôpital. Des rapporteurs seront éventuellement désignés. Si votre activité était jugée insuffisante par l'une ou l'autre des instances, il est prévu dans les textes que vous restiez stagiaire une année supplémentaire pour satisfaire à vos obligations, avant d'être réintégré dans votre corps d'origine ou définitivement écarté

A savoir :
Un M.C.U.-P.H. déjà en place dans un autre établissement et appartenant à la même discipline peut demander alors sa mutation sur ce poste. Il lui faudra obtenir l'accord du Conseil d'U.F.R. et de la C.M.E de l’établissement d’accueil.
Si le poste n'est pas pris au tour de mutation, un concours de recrutement est alors ouvert et publié au J.O. C'est à ce moment qu'est définitivement connu le type de concours (I ou II) auquel est rattaché le poste. Il faut alors que le candidat dépose un dossier en plusieurs exemplaires destinés aux membres du jury du C.N.U., dont deux dossiers complets pour les rapporteurs (cf. infra : les rapporteurs). Rappelons qu'aux termes de la loi, seuls les candidats satisfaisant les conditions administratives pour un type donné de concours peuvent s'y présenter.

Ce parcours du combattant n'a rien de spécifique : il s'applique à toutes les demandes de postes hospitaliers et universitaires.

Les usages :
Votre dossier doit être adressé aux membres des différentes commissions (Faculté et Hôpital). Le principe d'une visite de présentation est une affaire d'usage local. Renseignez-vous auprès de votre responsable pour juger de son opportunité, voire de l'ordre de préséance à respecter pour ces visites. Il y a souvent un représentant de votre discipline dans ces différentes instances, n'hésitez pas à le contacter, il est justement là pour vous informer.

Ne négligez pas d'interroger le service du personnel de la Faculté, en particulier pour être informé des dates et délais à respecter dans le dépôt des différentes pièces administratives.

Déroulement de carrière :

Les MCU-PH sont tout d'abord nommés en qualité de « stagiaires » pendant un an. Ce n'est pas forcément une simple formalité car il peut arriver qu'à l'issue de ce délai, des problèmes se soient révélés, par exemple avec le Chef du Service d'accueil. De toutes façons, ce dernier adresse sur le stage effectué un rapport détaillé au Conseil de Gestion de l'U.F.R. et à la C.M.E. qui statuent avec voix consultative.
Le stagiaire est ensuite soit titularisé (cas le plus fréquent), soit "admis à effectuer une dernière année de stage, soit réintégré dans son corps d'origine, soit licencié" (art. 54 du décret 84 135 du 24 février 1984).

Les M.C.U.-P.H. titulaires, cumulent donc 2 carrières sur le plan professionnel. Il est avant tout un salarié de l'Education Nationale ET touche une "indemnité" de la part de son administration hospitalière.
De ce fait pour savoir combien gagne un MCU-PH vous devez cumuler les 2 parts salariales (université + hôpital)

1) Evolution de la carrière universitaire (Activité pédagogique et recherche) :

Le salaire (= traitements = avancement) : répond à une grille tarifaire avec des indices qui sont réévalués ou non chaque année. Il peut évoluer de 2 façons :

- Soit à l'ancienneté :  On passe à un  échelons supérieur en fonction du temps

- Soit au mérite ("choix" ou "promotion universitaire") : On demande à changer de classe  (1ere => 2ème => hors classe)

Le changement de classe est contingenté, cela veut dire qu'il n'est pas automatique et que le C.N.U. aura à se prononcer sur son bien-fondé. Dès l'instant où vous accéderez au 2ème échelon de la 2nde classe, votre administration vous fera parvenir les imprimés à remplir pour demander votre passage en 1ière classe. De même, la demande de passage à la hors-classe n'est recevable que si le candidat est au 4ème échelon de la 1ère classe. Pour ces choix, il est conseillé de fournir un dossier nettement plus complet que le simple imprimé administratif, reprenant pour le passage à la hors-classe l’ensemble de la carrière. Votre demande sera d'abord présentée au Conseil restreint de l'U.F.R., amené à émettre un avis (favorable ou défavorable) qui sera transmis aux rapporteurs du CNU. Un membre rang B du C.N.U. défendra votre dossier lors de la session des promotions. Les critères retenus portent principalement sur les activités du candidat depuis sa nomination, non sur ses titres ou travaux antérieurs. Votre promotion vous sera signifiée par le service du personnel de votre Faculté.

Il faut savoir que l'avancement, même au choix, dépend d'une certaine ancienneté dans le grade. Sauf conditions exceptionnelles, il convient de ne pas encombrer inconsidérément le C.N.U. par des demandes prématurées. Par exemple, il est expressément prévu que les promotions à la première classe ne concernent que les M.C.U-P.H. ayant atteint au moins le 2ème échelon de la 2ème classe. De même, la promotion à la "hors-classe" (dont l'effectif ne peut d'après les textes dépasser 8% du total du corps), ne peut concerner qu'un M.C.U.-P.H. parvenu au 4ème échelon de la 1ère classe, ayant accompli au moins 5 ans de services et s'étant remarquablement distingué.

Il existe donc 3 classes et plusieurs échelons (par ordre croissant) :

  • une 2ème classe en 3 échelons,
  • une 1ère classe de 6 échelons,
  • une hors-classe de 6 échelons (accessible après avoir atteint le 4 eme échelon de la 1 ere classe et avec 5 ans d'ancienneté au minimum dans le corps).

Voici un exemple sur la base de 2019 des traitements universitaires des MCU-PH :

- 2ème classe :

- 1ère classe :

- Hors classe :